samedi 16 juin 2018

En priant... Neuvaine au saint curé d'Ars pour un prêtre



Neuvaine au saint curé d’Ars pour l’abbé ***

Prière de la Neuvaine
Ô saint prêtre d'Ars, saint Jean-Marie Vianney, tu aimas Dieu et Le servis fidèlement comme Son prêtre. Maintenant, tu vois la Face de Dieu au Ciel. Tu ne désespéras jamais mais tu persévéras dans ta foi jusqu'à ta mort. Rappelle-toi maintenant les dangers, les craintes et les angoisses qui entourent l’abbé ***, et intercède pour lui dans ses besoins et ses troubles, console-le spécialement dans ses moments les plus difficiles, accorde-lui la sérénité au cœur de la crise, et protège-le du mal. Ô saint Jean-Marie Vianney, j'ai confiance en ton intercession. Prie pour l’abbé *** de façon particulière pendant cette neuvaine.

Premier jour : Saint Jean-Marie Vianney, acceptant la Croix
Ô saint prêtre d'Ars, comme jeune séminariste, tu rencontras de nombreux obstacles sur le chemin de la prêtrise, et tu réalisas que souffrir signifiait souffrir avec le Christ au Calvaire. Suivre notre Seigneur voulait dire prendre Sa Croix : tu l'embrassas avec amour. Ta devise dans la vie devint Aimer en souffrant et souffrir afin d'aimer. Tu ne te décourageas pas, mais ta grande foi t'unit plus près de Jésus chaque jour de ta vie. Ô saint Jean-Marie Vianney, tu sais ce qui est nécessaire pour le salut de l’abbé *** : une foi ferme capable d'accepter la volonté de Dieu en toutes choses. Pour servir le Christ, lui aussi doit prendre sa croix et Le suivre. Par nos prières, obtiens pour lui un cœur plein de courage et de force. Obtiens pour l’abbé *** ce même courage et cette même force pour suivre Jésus de tout son cœur, même si cela signifie Le suivre au Calvaire. Intercède pour lui auprès du Seigneur pour qu'il puisse faire la volonté de Dieu, obéir à Ses commandements, et aimer avec loyauté l'Église, l'épouse du Christ.
Prière de la Neuvaine. Dizaine d’Ave avec en clausule : « … pauvres pécheurs, et particulièrement pour l’abbé *** ».
Deuxième jour : Saint Jean-Marie Vianney, plein de zèle pour les âmes
Ô saint prêtre d'Ars, tu enseignas aux hommes de prier tous les jours : Ô mon Dieu, viens à moi, afin de pouvoir demeurer en moi et moi en Toi. Ta vie fut l'exemple vivant de cette prière. La Divine vie de Grâce habita en toi. Ton zèle pour le salut des âmes se manifesta par ton total abandon à Dieu, ce qui s'exprima dans ton service désintéressé envers les autres. Tu donnas de toi-même sans réserve dans le confessionnal, à l'autel, en classe, dans chaque action que tu accomplis. Ô saint Jean-Marie Vianney, obtiens pour l’abbé *** qu'il réalise que Dieu demeure aussi en lui quand il est exempt de péché. Rappelle-lui que le salut de son âme est l'accomplissement de son existence. Éveille en lui le sentiment du don de soi pour le salut des âmes. Obtiens pour l’abbé ***, par ton intercession, le même zèle pour les âmes que fut le tien. Puisse-t-il voir que Dieu demeure en lui et dans ses semblables. Obtiens pour lui de notre Seigneur la grâce de conduire tous les hommes vers le salut. Que ta prière soit la sienne : Si tu aimes vraiment Dieu, tu vas ardemment désirer Le voir aimé de tout le monde.
Prière de la Neuvaine. Dizaine d’Ave avec en clausule : « … pauvres pécheurs, et particulièrement pour l’abbé *** ».
Troisième jour : Saint Jean-Marie Vianney, adorateur du très Saint Sacrement
Ô Saint Prêtre d'Ars, tu avais un amour tellement immense pour le Christ dans le très Saint Sacrement que tu priais pendant des heures en Sa Présence. Tu disais : Quand notre Seigneur les voit venir avec ardeur pour Le visiter dans le très Saint Sacrement, Il leur sourit : ils viennent avec cette simplicité qui Lui plaît tant. Ô saint de l'Eucharistie, puisse ton exemple embraser l’abbé *** d'un amour plus profond pour Jésus dans le très Saint Sacrement. Par tes prières, ne le laisse jamais douter de la Présence Réelle du Christ, mais obtiens pour lui une foi ferme enracinée dans l'Eucharistie. Aide-le à ne pas avoir peur de défendre ou de prêcher la Présence Réelle du Christ dans le très Saint Sacrement. Obtiens pour lui la grâce d'approcher notre Seigneur avec simplicité de cœur quand il dépose les pensées les plus secrètes de son âme aux pieds du Sacré-Cœur de Jésus. Garde l’abbé *** sous ta perpétuelle protection, afin qu'il puisse être soutenu par ton exemple et ton assistance et soit fidèlement dévoué au Christ dans le très Saint Sacrement. Puisse sa vie refléter la conviction de la Présence constante de notre Seigneur avec nous. Ô saint Jean-Marie Vianney, par la puissance de ton intercession, donne-nous des prêtres dévoués au Saint Sacrement de l'Autel.
Prière de la Neuvaine. Dizaine d’Ave avec en clausule : « … pauvres pécheurs, et particulièrement pour l’abbé *** ».
Quatrième jour : Saint Jean-Marie Vianney, ardemment dévoué à notre Sainte-Mère
Ô saint prêtre d'Ars, ta vie était consacrée à la Sainte Mère. Tu la priais sincèrement, en confiant ton sacerdoce à ses soins. Tu demandais à tous les fidèles de prier le Rosaire, la prière favorite de Marie, notre Mère. Tu résumais les raisons de ton grand amour pour Notre-Dame en disant : Nous n'avons qu'à nous tourner vers la Sainte Mère pour être écoutés. Son Cœur est tout Amour. Ô Jean-Marie Vianney, je te demande de tout mon cœur, par les mérites de Jésus et l'intercession de Marie, la Vierge Mère, de modeler la vie de l’abbé *** sur notre Mère céleste, pleine d'amour pour Dieu et son prochain. Obtiens pour lui un amour plus profond pour Notre-Dame et une confiance filiale en elle. Elle est la personne vers laquelle il peut se tourner dans les périodes de détresse, quand il se sentira seul ou troublé, ou en cas de tentation. Inspire à l’abbé *** de consacrer sa vie à sa Mère des cieux. Puisse-t-il connaître la puissante protection du manteau de Marie tous les jours de sa vie.
Prière de la Neuvaine. Dizaine d’Ave avec en clausule : « … pauvres pécheurs, et particulièrement pour l’abbé *** ».
Cinquième jour : Saint Jean-Marie Vianney, plein d'amour pour les pécheurs
Ô saint prêtre d'Ars, tu passas de longues heures chaque jour dans le confessionnal. Les gens venaient à toi pour le pardon de leurs péchés depuis des endroits très reculés. Bien que tu méprisasses le péché, tu recevais toujours le pécheur avec beaucoup d'amour et de pardon. Ô saint confesseur du Seigneur, saint Jean-Marie Vianney, éveille dans l’abbé *** le sentiment de son état de pécheur sous le regard de Dieu. Par ton exemple sacerdotal, accorde-lui l'amour de recevoir le Sacrement de Pénitence. Obtiens-lui de comprendre que c'est en confessant ses péchés que la Miséricorde de Dieu est répandue sur lui et qu'il se rapproche ainsi du Christ. Obtiens pour lui une haine profonde du péché et la grâce de résister à la tentation. Enseigne-lui la valeur de la confession fréquente, où il rencontre Jésus, notre Sauveur, la source de toute miséricorde et de consolation. Contrits et pardonnés, puissent tous ceux avec lesquels il entre en contact agir avec cette même miséricorde. Prie pour que l’abbé *** aime toujours le sacrement de Pénitence. Prie pour qu'il puisse appeler les pécheurs au repentir par son bon exemple et qu'il vive complètement au service de notre Seigneur.
Prière de la Neuvaine. Dizaine d’Ave avec en clausule : « … pauvres pécheurs, et particulièrement pour l’abbé *** ».
Sixième jour : Saint Jean-Marie Vianney, modèle de pureté
Ô saint prêtre d'Ars, ta vie fut un modèle de pureté. Ta vie de chasteté fut une source d'édification pour tous. Tu disais que quand une âme est pure, toute la Cour céleste la regarde avec une grande joie. Aujourd'hui, la vertu de pureté est tournée en ridicule par les normes du monde. Ô saint Jean-Marie Vianney, plus que jamais, nous avons besoin de tes prières et de ton aide afin d'éviter les péchés d'impureté. Je te demande d'aider l’abbé *** à rester pur d'esprit et de corps et à donner le bon exemple dans son discours, sa conduite et sa foi. Obtiens-lui la force nécessaire pour combattre les tentations contre la vertu de pureté, qui pourraient le conduire loin de Dieu. Unis tes prières à celles de Marie Immaculée pour implorer de Dieu que l’abbé *** soit pur d'esprit et de cœur et préserve-le de ces péchés qui déplaisent tant à Dieu.
Prière de la Neuvaine. Dizaine d’Ave avec en clausule : « … pauvres pécheurs, et particulièrement pour l’abbé *** ».
Septième jour : Saint Jean-Marie Vianney, humble en toutes choses
Ô saint prêtre d'Ars, ta vie fut remplie d'humilité. Tu portas une vieille soutane, tu pris des repas maigres, tu réalisas que devant le Trône de Dieu, tu étais l'une de Ses créatures faites pour glorifier Dieu et Le louer en toutes choses. Tu disais : La première vertu, c'est l'humilité, la seconde, l'humilité et la troisième l'humilité. Tu conseillas aux gens de rester humbles, de rester simples et que plus nous sommes ainsi, plus nous ferons de bien. Ta simplicité d'âme et ton mode de vie épuré te conduisent à te sanctifier. Ô humble saint Jean-Marie Vianney, quand l’abbé *** oublie qu'il est totalement dépendant de Dieu en toutes choses, intercède pour lui auprès de Dieu Tout-Puissant, afin de lui permettre de voir que sans son Créateur, rien n'est possible et qu'il doit compter sur Dieu pour tout. Il est son Créateur, qui le maintient en vie à tout moment. Obtiens pour l’abbé *** la grâce de l'humilité. Puisse sa vie être à l'exemple de ton humilité et de ta simplicité, une vie épurée, une vie totalement dépendante de Dieu.
Prière de la Neuvaine. Dizaine d’Ave avec en clausule : « … pauvres pécheurs, et particulièrement pour l’abbé *** ».
Huitième jour : Saint Jean-Marie Vianney, épris de pénitence et de mortification
Ô saint prêtre d'Ars, tu menas une vie de détachement des plaisirs du monde. Tes repas consistaient en une pomme de terre bouillie chaque jour, tu dormais peu chaque nuit. Mais tu fis tout cela afin d'être à même de servir Dieu au mieux de tes capacités. Ta vie fut illustrée ainsi : Nous nous plaignons quand nous souffrons. Nous avons bien plus de raisons de nous plaindre quand nous ne souffrons pas, puisque rien ne nous fait autant ressembler à notre Seigneur que de porter Sa Croix. Ô saint Jean-Marie Vianney, en ces jours où nous sommes entourés de tant de confort et de plaisirs, il peut être si difficile pour nous de faire pénitence pour nos péchés et de vivre une vie de détachement. Je prends la résolution d'offrir des sacrifices aujourd'hui pour l'expiation des péchés de l’abbé *** et des péchés de l'humanité tout entière. Assiste l’abbé *** dans l'acceptation de la croix que Dieu choisit de lui envoyer. Puisse-t-il embrasser la vie de sacrifice à laquelle les prêtres sont appelés. Puisse-t-il offrir librement sa vie entière à Dieu ! Obtiens pour l’abbé *** la grâce d'imiter la vie du Christ en portant Sa Croix.
Prière de la Neuvaine. Dizaine d’Ave avec en clausule : « … pauvres pécheurs, et particulièrement pour l’abbé *** ».
Neuvième jour : Saint Jean-Marie Vianney, bon et saint prêtre
Ô saint prêtre d'Ars, tu vécus dans une époque de grand bouleversement, dans une période où les hommes tournaient le dos à Dieu. Ton évêque te parla d'une paroisse où il souhaitait t'envoyer, où il n'y avait point d'amour. Il t'affecta à Ars et dit que tu serais le prêtre qui permettrait aux gens de connaître l'amour de Dieu. Non seulement tu attiras ces gens vers Dieu mais ta réputation de saint se répandit bientôt et de nombreuses personnes se convertirent à une vie de sainteté. Tu disais, qu'après le propre Cœur du Christ, un bon prêtre est le plus grand trésor que Dieu puisse donner à une paroisse. Donne-nous de tels prêtres ! Ô saint Jean-Marie Vianney, une fois de plus, nous vivons des jours de bouleversement. Il y a beaucoup de mal dans le monde. Obtiens pour l’abbé *** la grâce de persévérer dans sa foi et de ne jamais désespérer. Puisse-t-il marcher avec le Seigneur et croire en Lui tous les jours de sa vie. Obtiens, par ton intercession céleste, pour l’abbé ***, la grâce de modeler sa vie sur celle de Jésus Christ, pour que ses semblables connaissent l'amour de Dieu. Plus que jamais, les gens ont besoin de lui afin de pouvoir amener le monde au Christ. Prie pour l’abbé *** et pour tous les prêtres, ô prêtre d'Ars.
Prière de la Neuvaine. Dizaine d’Ave avec en clausule : « … pauvres pécheurs, et particulièrement pour l’abbé *** ».

samedi 9 juin 2018

En Orwellant... Kevin Boucaud-Victoire, La common decency


C'est la common decency qui fait d'Orwell un conservateur aux yeux de certains. Cette notion découle à la fois du tempérament anarchiste conservateur de l'écrivain et de son vécu auprès des gens ordinaires, lumpen proletariat, prolétariat, employés, petits fonctionnaires, classe moyenne exploitée, etc. Mais analyser cette notion n'est pas simple. Si le terme apparaît régulièrement à partir du Quai de Wigan dans les écrits d'Orwell, ce dernier, n'étant pas un théoricien, ne prend jamais la peine d'en donner une définition. Comprendre la common decency nécessite de se pencher vraiment sur la pensée de l'écrivain. Parfois traduit par décence commune, l'expression décence ordinaire semble plus appropriée. Si la première traduction a l'avantage de rappeler le caractère commun et partagé de cette propriété, la seconde renvoie à la banalité. Or, cette dernière est essentielle chez Orwell, écrivain des gens ordinaires (« the common men », « the ordinary decent people », « the average men ») et de la vie quotidienne. En effet, toute sa littérature ne s'attache qu'à décrire des gens banals : des vagabonds, des ouvriers, des petits fonctionnaires, des poètes ratés, ou des personnes perdues au sein de la classe moyenne. Pour Bégout, auteur d'un essai remarquable sur le sujet 1, qui préfère également parler de décence ordinaire, « cette vie ordinaire ne représente pas seulement pour Orwell un sujet d'étude original. Il ne s'agit pas simplement de mettre en évidence cette vie banale qui passe inaperçue la plupart du temps, mais plus fondamentalement de montrer que cette vie recèle en elle-même, dans son apparente platitude, une valeur capitale pour la compréhension de l'expérience humaine 2. Pour beaucoup, derrière cette common decency se cache l'honnêteté commune des petites gens, définie par la justice et la solidarité. Ainsi, à côté de la banalité du mal théorisée par la philosophe Hannah Arendt en 1963, qui pourrait toucher tout homme médiocre 3, se logerait une banalité du bien défendue par Orwell.
La décence ordinaire n'est pas une capacité naturelle à faire le bien ou une morale innée, mais, comme l'explique Bégout, il s'agit de « la faculté instinctive de percevoir le bien et le mal »4. Il ajoute qu'« elle est même plus qu'une simple perception, car elle est réellement affectée par le bien et le mal »5, et qu'elle correspond à « un sentiment spontané de bonté qui est, à la fois, la capacité affective de ressentir dans sa chair le juste et l'injuste et une inclination naturelle à faire le bien »6. L'essayiste rapproche alors le terme « de ce que les philosophes anglais et écossais de la première partie du XVIIIe (Shaftesbury, Hutcheson et Hume) nomment le sens moral, à savoir un sentiment de vertu (et non le résultat d'un raisonnement), qui est naturel et commun à tous les hommes ». Cependant, ce sentiment moral n'est pas synonyme de bonté naturelle comme dans le mythe du bon sauvage, ni un ensemble de vertus théoriques ou fantasmées qui tombent du ciel. Au contraire, la common decency orwellienne provient de la pratique ordinaire de l'entraide, de la confiance mutuelle et des tiens sociaux minimaux mais fondamentaux. La décence des classes populaires est donc issue de la banalité de leur quotidien, tandis que les classes supérieures (bourgeoisie et petite bourgeoisie, notamment intellectuelle) se caractérisent par leur pratique du pouvoir et de la domination (économique ou culturelle). De son côté, Michéa la rattache aux travaux de Marcel Mauss et de ses successeurs de la Revue du Mauss 7 (Alain Caillé, Philippe Chanial et Serge Latouche en tête) sur le don et le contre don. Ce principe repose sur l'« idée matricielle selon laquelle la triple obligation de donner, recevoir et rendre constitue effectivement la « trame ultime du lien social »8 de toute société. Pour Michéa, la common decency, qui doit également beaucoup aux cultures populaires, correspond à la « réappropriation moderne de l'esprit du don, sous la forme de règles intériorisées par la conscience morale individuelle »9. La décence ordinaire constitue également un sentiment défensif de réaction face à l'oppression. Bruce Bégout écrit à ce propos : « Les petites gens ont eu à subir depuis si longtemps les injustices qu'elles éprouvent une aversion quasi instinctive pour toute domination de l'homme sur l'homme »10. De même, Michéa y voit un « sens commun qui nous avertit qu'il y a des choses qui ne se font pas »11. La décence ordinaire de ceux de peu s'oppose à la volonté de puissance des couches supérieures de la société, notamment celle des intellectuels, habitués à dominer. Ainsi, comme le rappelle Bégout, « si Orwell insiste tant sur la décence ordinaire des petites gens, c'est aussi pour dénoncer, par contraste, l'indécence extraordinaire des élites politiques et culturelles »12.
Pour Michéa, la common decency représente « l'une des ressources principales dont dispose encore le peuple d'en bas (comme le nommait déjà Jack London) pour avoir une chance d'abolir un jour les privilèges de classe [...] et d'édifier une société d'individus libres et égaux, reposant autant qu'il est possible sur le don, l'entraide et la civilité »13. Pour le philosophe, elle permet de sortir de la double impasse incarnée par le Marché et l'État. Selon lui, la common decency est essentielle « dans le développement de l'esprit du socialisme, c'est-à-dire de ces dispositions éthiques et psychologiques à défaut desquelles le fonctionnement d'une société socialiste, au quotidien, est condamné à relever de l'utopie ou du wishful thinking14. C'est grâce à ses valeurs d'entraide que la régulation de la société pourra ne pas être déléguée autoritairement à l'État, comme dans le cas de l'URSS, ou au Marché comme dans notre capitalisme. Il semblerait cependant qu'Orwell ait une utilisation plus modeste de son concept. Notamment parce qu'il est profondément apolitique. Bégout remarque que « la décence ordinaire est politiquement an-archiste : elle inclut en elle la critique de tout pouvoir constitué au profit d'un accomplissement sans médiation du sens du juste et de l'injuste »15. Derrière la common decency se cache surtout une forme d'attache aux traditions. Pour Orwell, le rôle des socialistes est d'intégrer pleinement ce traditionalisme à l'émancipation qu'ils prônent. « Le révolutionnaire s'active pour rien s'il perd contact avec la décence ordinaire humaine »16 et cette dialectique est la seule capable d'emporter l'adhésion des classes populaires. Il n'a donc pas à faire « table rase du passé » comme le voudraient notamment les marxistes. Opposé à tout projet utopique, Orwell pense que le rôle des socialistes doit être d'œuvrer pour un monde meilleur, surtout pas un monde parfait ou un paradis terrestre. Ainsi, il est réticent à la création de l'« homme nouveau » voulue par le marxisme-léninisme, estimant que le rôle du socialisme doit être de changer les conditions de vie des hommes, pas de changer les hommes eux-mêmes.
Kevin Boucaud-Victoire, in Orwell, Écrivain des gens ordinaires

1. Bruce Bégout, De la décence ordinaire, Court essai sur une idée fondamentale de la pensée politique de George Orwell, Allia, 2008, p. 7.
2. Ibid. p. 11.
3. Hannah Arendt, Eichmann à Jérusalem : Rapport sur la banalité du mal, Gallimard, collection « Folio Histoire », 1991.
4. Bruce Bégout, op. cit., p. 17.
5. Ibid.
6. Ibid.
7. Pour « Mouvement anti-utilitariste en sciences sociales ».
8. Jean-Claude Michéa, « En réponse à Corcuff », Mediapart, 2 août 2013.
9. Ibid.
10. Bruce Bégout, op. cit., p. 45.
11. Jean-Claude Michéa, Orwell, anarchiste tory, op. cit.
12. Bruce Bégout, op. cit., p. 46.
13. Jean-Claude Michéa, Impasse Adam Smith : Brèves remarques sur l'impossibilité de dépasser le capitalisme sur sa gauche, op. cit., p. 54.
14. Ibid., p. 93.
15. Bruce Bégout, op. cit., p. 86.
16. George Orwell, « La révolte intellectuelle », in Écrits politiques (1928-1949), op. cit., p. 253.


vendredi 1 juin 2018

En Homérant... Sylvain Tesson, Remettons la vaisselle à demain !



Vous souvenez-vous du temps de notre enfance où nous devions lire ces textes à longues barbes ? Nous étions en sixième, Homère au programme. Nous étions faits pour courir les bois. Nous nous ennuyions ferme et regardions par la fenêtre de la classe un ciel où n'apparaissait jamais aucun char. Pourquoi ne pas laisser infuser en nous un poème d'or, d'une modernité électrique, éternel parce que originel, un chant de bruit et de fureur, riche de leçons, et d'une beauté si douloureuse que les poètes continuent aujourd'hui à le murmurer en pleurant ?
Un conseil dadaïste : quittons nos préoccupations accessoires ! Remettons la vaisselle à demain ! Éteignons les écrans ! Laissons pleurer les nourrissons, et ouvrons sans tarder l'Iliade et l'Odyssée pour en lire des passages à haute voix, devant la mer, la fenêtre d'une chambre, au sommet d'une montagne. Laissons monter en nous les chants inhumainement sublimes. Ils nous aideront dans le brouillard de notre temps. Car d'horribles siècles s'avancent. Demain, des drones surveilleront un ciel pollué de dioxyde, des robots contrôleront nos identités biométriques et il sera interdit de revendiquer une identité culturelle. Demain, dix milliards d'êtres humains connectés les uns aux autres pourront s'espionner en temps continu. Des multinationales nous proposeront la possibilité de vivre quelques décennies de plus en monnayant des opérations de chirurgie génique. Homère, vieux compagnon d'aujourd'hui, peut chasser ce cauchemar post-humaniste. Il nous offre une conduite : celle d'un homme déployé dans un monde chatoyant et non pas augmenté sur une planète rétrécie.
Sylvain Tesson, in Un été avec Homère

lundi 28 mai 2018

En louant... Merlin Carothers, La confiance de Josaphat



Nous trouvons dans le second livre des Chroniques, au chapitre 20, un exemple remarquable de ce que Dieu peut faire tandis que nous le louons.
Josaphat était roi de Juda et, un jour, il découvrit que son petit royaume était encerclé par la puissante armée de tous ses ennemis rassemblés : les Moabites, les Ammonites et les Maonites. Josaphat savait qu'il n'avait aucune chance de vaincre. Alors, il cria à Dieu :
Nous sommes impuissants devant cette grande armée qui nous attaque. Nous ne savons que faire, mais nos yeux sont fixés sur toi.
2 Chroniques 20, 12
Lorsque nous louons Dieu, il est primordial de détourner nos regards des circonstances et de les diriger vers lui.
Remarquez bien que Josaphat ne ferma pas les yeux devant le danger qui menaçait son royaume, comme s'il n'y avait jamais eu d'ennemis. Au contraire, il fit soigneusement le point de la situation, reconnut sa propre impuissance et se tourna vers Dieu pour obtenir du secours.
Nous ne devons pas ignorer volontairement le mal qui rôde autour de nous, mais l'évaluer à sa juste mesure. Cela nous permet encore davantage de louer Dieu, et de le remercier d'intervenir et de contrôler parfaitement ce mal. Nous ne devons pas non plus nous laisser intimider par ce danger qui nous guette dans l'ombre, mais le voir tel qu'il est, reconnaître notre impuissance à y faire face, et nous tourner vers Dieu.
Dieu dit à Josaphat :
Ne t'effraie pas devant cette grande multitude ; ce combat n'est pas le tien mais celui de Dieu.
2 Chroniques 20, 15
Pour moi, c'est une déclaration extraordinaire. Nous ne sommes pas en mesure de maîtriser les circonstances de nos vies, donc, en fait, ce combat n'est pas le nôtre mais celui de Dieu !
Vous n'aurez pas à combattre vous-mêmes dans cette bataille ; prenez vos positions, restez tranquilles et vous verrez la délivrance que l'Éternel vous accordera.
2 Chroniques 20, 17
Quelle promesse ! Maintenant, quelle sorte de position Dieu voulait-il que Josaphat adoptât en attendant et en regardant Dieu agir ?
Le lendemain matin, Josaphat donna ses ordres à son armée.
Il plaça à la tête de ses guerriers les chantres qui, revêtus de leurs ornements sacrés, célébraient l'Éternel en disant : Louez l'Éternel car sa bonté dure à toujours !
2 Chroniques 20, 21
Cette scène se déroula face aux rangs serrés des armées ennemies prêtes à massacrer les hommes de Juda. Pouvez-vous imaginer la réaction de leurs chefs en voyant cette petite troupe de chanteurs se diriger vers eux pour les combattre ?
J'ai été aumônier dans l'armée pendant de nombreuses années et j'ai assisté à de nombreux préparatifs de guerre. Mais jamais encore je n'ai vu un général ordonner à ses troupes d'attendre tranquillement, face à l'ennemi, tandis qu'un petit groupe de chanteurs spécialement désignés pour la circonstance s'avancerait sur le champ de bataille !
Voilà une idée bien saugrenue, n'est-ce pas ? Oui, c'est dans une telle situation que notre raison est le plus tentée de démissionner.
« C'est bien beau de louer Dieu quand on se trouve dans l'embarras, diront certains, mais ne soyons pas ridicules ! Le proverbe dit bien : Aide-toi et le ciel t'aidera. Le moins que nous puissions faire, c'est donc d'aller nous battre aussi vaillamment que possible. Et nous laisserons Dieu s'occuper du reste ».
Mais qu'arriva-t-il à Josaphat et à ses hommes ?
Tandis qu'ils entonnaient cantiques et louanges, l'Eternel tendit une embuscade contre ceux... qui étaient venus attaquer Juda et ils furent eux-mêmes massacrés.
2 Chroniques 20, 22-23
Il est évident que si Josaphat s'était dit : « Mieux vaut mettre toutes les chances de mon côté », et s'il avait ordonné à ses troupes de combattre, l'issue aurait été toute différente.
Beaucoup d'entre nous sont constamment tenus en échec par les circonstances, parce qu'ils ne veulent pas reconnaître que c'est Dieu qui combat et non pas eux. Et même en réalisant notre propre incapacité devant l'ennemi, nous avons peur de nous en remettre entièrement à Dieu et à sa puissance. Nous laissons notre raison prendre une place indue lorsque nous disons : « Je ne comprends pas, donc je ne peux pas croire ».
La Parole de Dieu est très claire sur ce point et nous montre que nous ne pourrons sortir de ce dilemme qu'en faisant un acte de foi. Reconnaître que les promesses de Dieu sont vraies, les accepter et oser y croire nous amène, ensuite et seulement, à comprendre. Le principe biblique est très clair : il faut accepter et obéir avant de pouvoir comprendre. Pourquoi ?
La raison en est fort simple. Notre compréhension humaine est si limitée que nous ne pourrons jamais saisir toute la grandeur des plans de Dieu pour ses créatures. Et si nous devions comprendre avant d'accepter, nous n'accepterions alors pas grand-chose.
Josaphat n'aurait jamais osé suivre le plan de bataille de Dieu s'il avait d'abord voulu comprendre. La proposition et la promesse de Dieu bousculaient sûrement la logique de Josaphat. Mais il crut Dieu et se confia en lui. Sa raison se soumit, il eut foi et remit tout à Dieu.
Nous sommes appelés à croire ce que Dieu dit, à le louer, et ensuite à le regarder agir. Voilà exactement ce que faisait Jésus-Christ durant son ministère terrestre. Il reconnaissait ouvertement que, par lui-même, il ne pouvait rien faire. Sa part était de se soumettre à la volonté de son Père, dans une obéissance, une confiance et une foi parfaites, afin que la puissance de Dieu soit en mesure de répondre aux besoins des hommes.
* * *
Considérons deux prières de Jésus devant un problème difficile.
Les cinq mille l'avaient suivi hors de la ville pour entendre son enseignement. Ils avaient faim. Les seules provisions disponibles étaient le repas d'un petit garçon : cinq pains et deux poissons.
Comment Jésus a-t-il prié ? A-t-il supplié Dieu de faire un miracle ? Non.
Il leva les yeux au ciel et, louant Dieu, il remercia, rompit les pains, et il les donna à ses disciples pour les distribuer à la foule. Il partagea aussi les deux poissons entre tous. Tous mangèrent et furent rassasiés. Et l'on ramassa douze corbeilles pleines des morceaux de pain et de poisson.
Marc 6, 41-43
Certains d'entre nous peuvent objecter ici : « Mais, c'est bon pour Jésus qui savait ce que Dieu voulait faire ! Ce n'est pas valable pour nous ! »
Mais Jésus dit lui-même à ses disciples :
En vérité, je vous le déclare, celui qui croit en moi fera les mêmes miracles que j'ai faits, et il en fera même de plus grands car je vais vers mon Père. Et tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, à la gloire du Père...
Jean 14, 12-13
Jésus a déclaré que nous ferions de plus grandes choses encore. Cela signifierait-il, par exemple, que Dieu pourrait avoir un plan concernant le problème de la faim dans le monde et la pénurie de ressources alimentaires que les spécialistes de l'environnement et les experts agricoles nous prédisent si gravement ? Oui, je le crois. Je sais qu'à plusieurs reprises des gens ont pris Dieu au mot, l'ont remercié et l'ont loué pour le peu de nourriture, et ils ont vu que cela suffisait à nourrir un bien plus grand nombre de personnes que prévu.
Quand Jésus se trouva devant le tombeau de Lazare, là encore il prononça une simple prière d'action de grâces. Quand on eut ouvert cette tombe où Lazare reposait déjà depuis quatre jours, Jésus leva les yeux et dit :
Père, je te remercie de ce que tu m'as exaucé.
Jean 11, 41
Puis il ordonna à Lazare de sortir. Et celui qui était déjà mort depuis quatre jours sortit du tombeau !
La Bible dit que Jésus est venu sur la terre afin de nous rendre capables de louer Dieu. Isaïe, le prophète, a dit de Jésus qu'il viendrait
Annoncer de bonnes nouvelles...
Panser et guérir les cœurs brisés, proclamer aux captifs la liberté et ouvrir la prison et les yeux de ceux qui sont dans la nuit...
Apporter la consolation et la joie à ceux qui pleurent...  une huile de joie au lieu du deuil et un vêtement de louange au lieu d'un esprit lourd et abattu.
Isaïe 61, 1-3
Vous vous reconnaissez peut-être dans cette liste. Avez-vous le cœur brisé ? Êtes-vous lié par un handicap physique, une maladie ou des problèmes spirituels ? Êtes-vous dans une prison matérielle ou bien prisonnier de votre cécité spirituelle ? Êtes-vous dans les pleurs, incapable de vous réjouir, d'être reconnaissant ou de louer Dieu ? Votre esprit est-il lourd ou abattu ?
Est-ce peut-être parce que vous n'avez pas pleinement accepté et compris la Bonne Nouvelle que Jésus est venu apporter ?
Quand Dieu nous révèle ce qu'il a fait et ce qu'il fait encore dans nos vies et dans ce monde, au travers de son Fils Jésus-Christ et de la personne du Saint-Esprit, nous ne pouvons que le louer. Mais, si nous doutons de l'action de Dieu, il nous est alors difficile de le louer.
Il y aura toujours un obstacle à notre louange si nous doutons de cette Bonne Nouvelle. Assurons-nous de la solidité de nos fondations (elles doivent être sans aucune faille creusée par le doute ou l'incertitude) pour être capables de louer Dieu en toutes circonstances !
Merlin Carothers, in Puissance de la louange

jeudi 24 mai 2018

En bâtissant... Denise Jalabert, La façade occidentale de Notre-Dame de Paris


La façade occidentale de Notre-Dame de Paris fut édifiée de 1200 à 1250 – l'étage des portails et la galerie des Rois de 1200 à 1220 ; l'étage de la rose de 1220 à 1225 ; la galerie haute et les tours de 1225 à 1250. Large de 41 mètres et haute de 43, elle est sensiblement carrée ; mais ses deux tours s'élancent à 63 mètres de hauteur. Quatre puissants contreforts l'épaulent de la base au faîte et la divisent en trois parties dans le sens de la largeur. En hauteur, elle est également divisée en trois parties, en trois étages, par deux galeries. Dans les compartiments déterminés par ces lignes verticales et horizontales s'inscrivent les trois portails, les fenêtres, la rose.
Ces dispositions s'élaboraient depuis longtemps déjà lorsqu'elles furent adoptées pour la façade de Notre-Dame. Ne voit-on pas dès le XIe siècle en Bourgogne et en Normandie, notamment à Saint-Étienne et à la Trinité de Caen, de superbes façades flanquées de quatre contreforts, percées de trois portails, et surmontées de deux hautes tours ? Ainsi, ce sont les architectes normands et les Bourguignons qui ont créé ce type de façade magnifique. Peut-être connaissaient-ils ces grandes basiliques chrétiennes de Syrie qui présentaient de semblables dispositions dès les Ve et VIe siècles.
Le style gothique naissant s'inspira des belles façades de Normandie et de Bourgogne. Mais les architectes de l'Île-de-France surpassèrent leurs initiateurs. Les premières façades qu'ils élevèrent : Saint-Denis, Senlis, Laon, Noyon, Mantes, montrent quelles modifications ils apportèrent peu à peu au type primitif : une rose au lieu d'une fenêtre au centre de la composition, l'alignement des baies sur deux rangs, et une arcature courant à la base des tours.
Les progrès en étaient là quand le maître qui conçut la façade de Notre-Dame de Paris soudain atteignit la perfection. Son idée de génie fut de marquer vigoureusement les lignes horizontales au sommet de chaque étage : au-dessus des portails, la galerie des Rois dont les vingt-huit statues se détachent vivement en lumière sur l'ombre de l'arcature profonde ; au-dessus de la rose, une seconde galerie, très haute et entièrement ajourée, qui se découpe, entre les tours, sur le ciel ; et au sommet des tours, enfin, deux rangs de gros crochets très saillants portant une balustrade quadrilobée.
Ainsi rythmée dans son élévation, la façade de Notre-Dame de Paris produit une impression saisissante de force et de parfait équilibre. Sa belle ordonnance simple et claire enchante à la fois le regard et l'esprit. Parfaite dans ses grandes lignes, elle l'est aussi dans tous ses détails. Tous ont été conçus pour contribuer à la fois à sa solidité et à sa beauté. Ils méritent d'être observés un à un.
Remarquons d'abord les deux énormes contreforts qui l'encadrent. Grâce à eux la façade semble mieux assise ; grâce à leurs retraites successives, elle est un peu plus étroite au sommet qu'à la base, et cette légère fuite des lignes la fait paraître plus haute.
Mais ils font mieux encore, ils l'enserrent d'une vigoureuse étreinte, car ils sont construits en blocage entièrement parementé ; or les parements intérieurs, ceux qui sont adossés à la cathédrale, par leur disposition même, se sont tassés plus que les parements extérieurs ; ceux-ci se sont donc roidis et soutiennent la construction comme le feraient de puissants étais.
À l'étage inférieur, les trois portails ne sont pas identiques. Celui du centre est plus élevé et plus large que les deux autres ; et ces derniers diffèrent sensiblement entre eux de forme et de dimensions. Le portail de gauche est plus bas que son pendant et s'ouvre sous un gâble triangulaire qui n'existe pas à droite. C'est là un nouvel exemple de ces irrégularités volontaires qui affranchissent nos monuments du moyen âge de la monotonie d'une symétrie rigoureuse. Et, de même, toute la partie droite de la façade est moins large que la partie gauche ; la tour sud est plus étroite que la tour nord.
Au-dessus des portails, nul ornement dans les écoinçons : le mur reste plein et nu, et l'œil se trouve rassuré par cette impression de solidité, si nécessaire dans les parties basses.
Les contreforts sont évidés de niches qui atténuent la sécheresse de leurs lignes. Ces niches abritent des statues et forment ainsi une liaison entre les trois portails couverts de sculptures. À droite et à gauche du portail central, les deux statues, refaites par l'atelier de Viollet-le-Duc, représentent l'Église triomphante et la Synagogue vaincue, comme le faisaient à cette même place les statues anciennes. Celles des contreforts extrêmes, également modernes, figurent deux saints patrons de la cathédrale, le diacre Étienne et l'évêque Marcel.
Au-dessus de l'étage des portails, la galerie des Rois, portée par une forte corniche ornée de feuilles sculptées, se compose de vingt-huit arcades tréflées dont chacune abrite une statue. Ses colonnettes monolithes ont des chapiteaux à crochets, et des bases à scotie profonde qui conservent encore, en ce premier quart du XIIIe, des griffes d'angle. Par un raffinement de soin dans le détail, le bord de chaque arc tréflé est découpé de nombreux redents, et une multitude de petits châteaux forts sculptés garnissent les écoinçons.
La galerie des Rois est une géniale création du maître qui composa la façade de Notre-Dame. Son effet est des plus heureux. Elle couronne d'une large bande horizontale l'étage des portails et souligne celui de la rose. Elle constitue un magnifique ornement dont les architectes des cathédrales ne pourront plus se passer. Mais elle n'a pas qu'un rôle décoratif ; elle est aussi fort utile. Derrière les statues et les piles qui renforcent les colonnettes, un passage est ménagé, d'un bout à l'autre de la façade, permettant de surveiller cette partie du monument. L'idée de ces passages sur une façade était alors toute nouvelle ; on en voulait à chaque étage. Nous verrons que ce programme fut suivi à Notre-Dame de Paris, et très habilement.
Quant aux vingt-huit statues si majestueusement alignées sous les arcades, elles sont toutes modernes, et il est difficile de dire quels personnages les statues anciennes représentaient. Cependant, il semble probable qu'elles devaient figurer, plutôt que les rois de France, les rois de Juda, c'est-à-dire les personnages de l'Ancien Testament – ils sont précisément vingt-huit – mentionnés par saint Matthieu au Liber generationis comme descendants de Jessé et ancêtres de Jésus-Christ.
Au-dessus de la galerie des Rois court une légère balustrade que Viollet-le-Duc a refaite, mais d'après les témoins anciens : à ses extrémités, les arcades adossées aux contreforts avaient subsisté. La présence de cette balustrade ici, en ce premier quart du XIIIe siècle, mérite d'être remarquée. Avant cette époque, il n'y avait jamais de garde-fous à l'extérieur des monuments, car les eaux de pluie devaient pouvoir s'égoutter librement au bord des toits, des terrasses et des galeries. C'est seulement au début du XIIIe siècle que les architectes imaginèrent de canaliser ces eaux dans de petites rigoles ou chéneaux. Ils purent alors élever des balustrades au bord des passages extérieurs ; des trous percés de place en place dans les chéneaux et passant sous ces balustrades rejetaient les eaux loin des parements. Et c'est ainsi que fut édifiée, une des premières, la balustrade de Notre-Dame de Paris surmontant la galerie des Rois.
Sur sa rampe sont posées trois statues, refaites par Viollet-le-Duc, et représentant, comme au XIIIe siècle, la Vierge entre deux anges au milieu du compartiment central et, dans les compartiments latéraux, Adam à gauche, Ève à droite. C'est le rappel de la faute originelle qui perdit l'humanité, et de la Rédemption qui la racheta, grâce à la Vierge.
Derrière la balustrade il y a un passage, un second passage, sorte de terrasse au pied de la rose légèrement en retrait.
La rose qui occupe le centre de la façade fait à la statue de la Vierge comme une immense auréole. Combien cette auréole devait être magnifique lorsque son réseau de pierre était constellé d'étoiles d'or sur fond d'azur 1 ! Sous un double arc de décharge qui la soulage du poids des matériaux placés au-dessus d'elle, elle étend ses rayons sur un vide de 9 m 6o de diamètre. À l'époque où elle fut exécutée entre 1220 et 1225 c'était la plus grande rose qu'on eût jamais vue ; et c'était aussi la plus parfaite, un admirable morceau d'architecture qui, sur certains points, n'a jamais été surpassé ni même égalé.
Pour le constructeur d'une grande rose vitrée, au début du XIIIe siècle, le problème se posait ainsi : dessiner et exécuter un réseau de pierre aussi léger que possible, solide néanmoins, et divisant la surface vitrée en compartiments à peu près égaux. Dans les roses immédiatement antérieures à celle de Notre-Dame, le problème n'avait pas été résolu d'une manière tout à fait satisfaisante. À Mantes, les compartiments de la zone externe sont si grands que leur vitrage, quoique soutenu par des cercles et des tringles de fer, n'a pas résisté aux poussées des vents. Au chevet de Laon, le réseau est mieux dessiné mais lourd.
Le maître de la façade de Notre-Dame trouva la solution idéale. Il fit de l'œil central, renforcé de petits arcs fleuronnés, un solide point d'appui d'où partent douze colonnettes disposées comme les rayons d'une roue 2. Il relia les chapiteaux de ces colonnettes par une arcature tréflée, et obtint ainsi une première zone circulaire. Il composa la seconde zone de la même manière, mais en doublant le nombre des colonnettes, et ainsi les compartiments se trouvèrent sensiblement égaux dans les deux zones. C'était là un des trois points du problème. D'autre part, le réseau ainsi composé était d'une merveilleuse solidité – deuxième point – car les deux arcatures et l'œil central se maintiennent d'eux-mêmes par la coupe de leurs claveaux et sont, de plus, fortement étrésillonnés entre eux par les colonnettes qui roidissent tout le système. Aussi la rose de Notre-Dame n'a-t-elle subi, en sept siècles, aucune dégradation 3. Enfin, – troisième point – la solidité étant assurée par ces dispositions si habiles, on put donner aux colonnettes et aux arcatures une section très faible 4, de sorte que le réseau est ici, relativement à sa surface, d'une légèreté qui n'a jamais été dépassée, ni même atteinte. On peut ajouter que son aspect est également léger, simple et harmonieux.
La rose occidentale de Notre-Dame de Paris a donc toutes les perfections, toutes les qualités pratiques et esthétiques. Il n'était pas possible, comme le remarque Viollet-le-Duc, de trouver une solution plus heureuse ni plus savante. Pierre de Montreuil aux croisillons de Saint-Denis, puis Jean de Chelles aux croisillons de Notre-Dame, ne firent que reprendre les mêmes dispositions. Leurs roses sont plus grandes, plus riches ; mais elles ont, relativement à leur surface, un réseau d'un plus grand poids.
Au-dessus de la rose, deux trèfles fleuronnés garnissent les écoinçons. Ils sont faiblement creusés dans la pierre à la manière des trèfles qui abondent alors dans le gothique normand.
Le même motif orne les écoinçons des compartiments latéraux. Chacun de ces compartiments est percé de deux fenêtres réunies sous un arc de décharge dont le tympan est creusé d'une petite rose aveugle à six rayons. La rose est redentée et fleuronnée ; les archivoltes et les arcs de décharge sont ornés de têtes de clous. Tous ces détails très fins enrichissent et allègent ; ils ont été exécutés avec un très grand soin, et employés sobrement, avec un goût bien français.
Les fenêtres éclairent deux grandes salles qui occupent le premier étage des tours, belles salles voûtées desservies par de larges escaliers à vis, et qui communiquent d'une part avec les tribunes de la nef, d'autre part avec la tribune des orgues. Celle de la tour nord était le logement du sonneur ; l'autre servait d'abri aux malheureux. Chacune a gardé, dans l'un de ses angles, une petite cage d'escalier charmante, tout ajourée, où tourne un minuscule escalier à vis qui donnait accès autrefois aux combles des tribunes.
S'élevant progressivement, d'étage en étage, le regard atteint la galerie ajourée qui couronne avec tant de grâce cette admirable façade. Ses colonnettes en délit, hautes de 5 m 10 et qui ont seulement 18 centimètres de diamètre, portent une légère arcature d'un charmant dessin, où de petits arcs tréflés se réunissent deux à deux sous des arcs en tiers-point dont les écoinçons et les tympans sont évidés de trèfles. Mille redents fleuronnés se découpent sur le bord de tous ces motifs ; comme les innombrables picots d'une dentelle, ils donnent à l'ensemble richesse et légèreté.
La corniche qui surmonte la galerie est d'une importance exceptionnelle. Elle a 1 m 25 de hauteur et se compose de trois assises dont l'une est ornée de vigoureux crochets. Son poids et celui de la balustrade qu'elle porte chargent fortement les hautes colonnettes de l'arcature et assurent leur stabilité. Sur la rampe de la balustrade sont perchées pittoresquement de bizarres chimères que Viollet-le-Duc a dessinées et exécutées avec beaucoup d'esprit. Les anciennes avaient été abattues ou rongées par les intempéries ; mais elles avaient laissé sur la rampe la marque de leurs griffes.
Tous les détails, dans ces parties hautes, accusent franchement le second quart du XIII: les bases des colonnettes où la scotie est comme écrasée entre les deux tores, et où le tore inférieur déborde sur le socle ; les chapiteaux dont les crochets commencent à s'épanouir et dont les tailloirs ont, comme dans le gothique normand, la forme ronde ou octogone. Puis ce sont les gargouilles qui apparaissent ici pour la première fois à Notre-Dame, en même temps qu'à l'extérieur de la nef où nous les verrons bientôt. L'idée en était alors toute nouvelle. Elles allongent leur long col au bord des corniches pour rejeter, plus loin que ne le faisaient les larmiers, l'eau de ruissellement recueillie par les chéneaux. Et c'est encore le dessin nouveau de la balustrade, si différente de celle qui surmonte la galerie des Rois : au lieu de colonnettes, des quadrilobes ; au lieu de trois assises superposées, de larges dalles en délit. Elle est ainsi beaucoup plus rigide, plus résistante.
Il y a un passage de service – le troisième – derrière les basés des hautes colonnettes ; il y en a un quatrième derrière la balustrade quadrilobée. Ainsi la galerie haute, qui semble n'être qu'un bel ornement, est fort utile puisqu'elle dessert les étages supérieurs. Mais elle a une autre raison d'être, plus importante encore : entre les étages composés d'assises, elle constitue, comme la galerie des Rois, un placage en délit qui roidit admirablement la construction. Elle est donc, en dépit de son apparence si frêle, un des éléments de stabilité de l'immense façade. Les tours enfin, plus hautes et plus larges que toutes celles qui avaient été édifiées jusqu'alors, s'apparentent à la fois aux clochers de l'Île-de-France et à ceux de la Normandie. Comme les clochers de l'Île-de-France, elles sont épaulées aux angles par des contreforts. Comme les beaux clochers gothiques de la Normandie, elles comportent, dans toute leur élévation, un seul étage ; chacune de leurs faces est ajourée de deux étroites baies, hautes de plus de seize mètres, dont les archivoltes nombreuses retombent sur de multiples colonnettes ; et leurs angles sont garnis d'arcatures aveugles aussi hautes que les baies et d'une étroitesse extrême. Les tours de Notre-Dame ont donc les principales dispositions des clochers normands, mais une silhouette moins élancée, plus massive, due à la présence des contreforts. Elles sont ainsi en harmonie avec la façade qu'elles dominent.
Leur corniche est unique, dans tout l'art du moyen âge, par son importance. Haute de trois mètres, elle comporte cinq assises, dont deux de 75 cm chacune, garnies d'énormes crochets, et un larmier surmonté de deux assises en talus. Elle s'avance sur la façade plus que toutes les corniches inférieures, afin de rejeter les eaux plus loin que ces dernières.
La force de cette corniche indique formellement l'intention qu'avait le constructeur d'élever sur la plate-forme des tours d'immenses flèches. Pourquoi ne l'a-t-il pas fait ? – Ce n'est certainement pas, comme on l'a dit, par manque de ressources, car aucune économie n'a été réalisée dans les parties hautes : la qualité des matériaux est aussi belle, les détails sont traités avec autant de soin. Si les flèches prévues n'ont pas été exécutées, c'est qu'elles furent jugées inutiles ; on comprit qu'elles ne pourraient qu'amoindrir le caractère puissant de l'ensemble, et l'on termina les deux tours carrément, par une simple plate-forme bordée d'une balustrade. Cette disposition fut imitée un peu plus tard aux cathédrales d'Amiens et de Reims.
Pour parvenir au sommet des tours de Notre-Dame, il faut gravir les trois cent soixante-seize marches d'un escalier à vis logés dans une tourelle polygonale sur le flanc de chacune d'elles. Ces escaliers desservent tous les passages de service de la façade, les tribunes de la nef, et les grandes salles du premier étage des tours. Jusqu'au niveau de la galerie haute, ils sont larges, à pente douce, suffisamment éclairés par des meurtrières. Mais, soudain, ils se transforment pour se loger dans les contreforts d'angle des tours. Devenus très étroits, ils grimpent à pic dans la plus complète obscurité. L'ascension est pénible, mais on ne la regrette pas en arrivant sur la plate-forme du sommet : on se trouve en plein ciel, et l'on jouit d'une vue magnifique sur la flèche, les toits et les clochetons de Notre-Dame, sur le parvis où les hommes et les véhicules apparaissent comme des points mouvants, sur la Seine dont les deux bras enveloppent la Cité et l'Île Saint-Louis dans sa couronne de verdure, sur la capitale immense dont les bruits ne parviennent pas à cette hauteur.
Dans la tour sud est suspendu l'énorme bourdon de Notre-Darne. Cette reine des cloches pèse treize mille kilogrammes. Elle était deux fois moindre lorsqu'elle fut offerte à la cathédrale en 1400 par Jean de Montaigu qui l'avait baptisée, du nom de sa femme, Jacqueline. Elle devint Emmanuel quand Louis XIV et Marie-Thérèse la firent refondre en doublant sa masse. On dit que, pendant cette opération, les grandes dames du temps venaient jeter dans le métal en fusion leurs bijoux d'or et d'argent, et que c'est à la qualité de l'alliage ainsi obtenu, si riche en métaux précieux, qu'elle doit la pureté de son timbre. Pour la mettre en mouvement, il y a un système de pédales actionné par huit hommes. Elle est suspendue à un échafaudage en chêne qui repose sur d'énormes corbeaux à la naissance du beffroi, et qui est ainsi complètement indépendant de la maçonnerie des parties hautes ; de sorte que l'ébranlement de la tour se trouve réduit au minimum. Lorsque le bourdon sonne à la volée, l'oscillation du beffroi n'est que de cinq centimètres.
Y avait-il primitivement devant la façade de Notre-Dame, comme Victor Hugo l'a prétendu dans Notre-Dame de Paris et comme on l'a souvent répété, un vaste perron de onze marches qui se serait trouve peu à peu enfoui par suite de l'exhaussement du sol avoisinant ? – Non, il n'y en eut jamais. Les fouilles faites sur le parvis au pied de la façade ont mis au jour, immédiatement sous les premières assises, les fondations de l'ancienne basilique mérovingienne.
Telle qu'elle est, jaillissant directement du sol, avec ses magnifiques dispositions d'ensemble et de détail où tout est rationnel et beau, où l'on ne peut relever aucune faute de construction ni de goût, la façade de Notre-Dame de Paris est un chef-d'œuvre de proportions, de mesure et d'harmonie. Toujours imitée par la suite, elle ne fut jamais égalée.
Les trois portails
L'étage des portails a été édifié entre 1200 et 1220. Mais en 1220 les sculptures des portails n'étaient pas terminées ; on y travailla pendant une vingtaine d'années encore. C'est le portail de gauche ou Portail de la Vierge qui fut exécuté le premier, de 1210 à 1220 environ. On fit ensuite le portail central ou Portail du Jugement dernier, de 1220 à 1230. Enfin le portail de droite ou Portail Sainte-Anne fut constitué de 1230 à 1240 en utilisant des morceaux qui avaient été sculptés longtemps auparavant, dès la seconde moitié du XIIe siècle.
PORTAIL SAINTE-ANNE. Lorsqu'on entreprenait la construction d'une cathédrale, les tailleurs d'images se mettaient au travail en même temps que les tailleurs de pierre, afin de préparer les sculptures des portails et des chapiteaux. Ainsi s'installèrent sur le chantier de Notre-Dame, dès 1163 sans doute, les imagiers chargés d'exécuter les trois grands portails de la façade occidentale. Ils sculptèrent tympans, statues et statuettes, tandis que s'élevaient le chœur, le transept, la nef ; et c'est seulement au début du XIIIe siècle que vint le moment de mettre en place, sur la façade en construction, les œuvres préparées. Or, pendant ces quarante ans, la sculpture française avait évolué ; de sorte que les figures du XIIe siècle semblèrent bien archaïques. On décida de ne pas les utiliser 5, à l'exception d'un tympan sur lequel était l'image de Maurice de Sully, le fondateur de la cathédrale. Ce tympan fut mis au portail de droite, où nous le voyons avec son linteau et son encadrement de statuettes dans les voussures. Mais comme il était trop petit pour le portail du XIIIe, on sculpta pour l'agrandir un second linteau, des rinceaux de feuillage, et quelques figures pour l'archivolte.
Quant aux grandes statues debout au trumeau et dans les ébrasements, elles ont été faites par l'atelier de Viollet-le-Duc, comme aussi, d'ailleurs, celles des deux autres portails, pour remplacer les statues anciennes détruites pendant la Révolution.
Le tympan du Portail Sainte-Anne est décoré d'une image grandiose, celle de la Vierge en majesté, telle qu'elle avait été créée au Ve siècle par les mosaïstes de Palestine, telle qu'elle fut partout reproduite au XIIe. La madone est assise sous un dais d'architecture et tient de la main droite un sceptre (refait) ; l'Enfant est assis entre ses genoux, tourné vers les fidèles ; il tient le globe du monde et bénit. Les deux figures sont exactement dans le même axe vertical ; elles sont graves, rigides, austères, et composent un groupe hiératique d'une imposante majesté.
De part et d'autre, deux anges balancent des encensoirs. À droite, le roi Louis VII met un genou en terre ; à gauche, Maurice de Sully est debout, tenant sa crosse ; et dans l'écoinçon, un clerc assis, très appliqué, écrit sans doute l'acte de donation que dicte le roi.
Immédiatement au-dessous, dans le linteau du XIIe, sont représentées quelques scènes de la vie de la Vierge et de l'enfance de Jésus : l'Annonciation, la Visitation, la Nativité, l'Annonce aux bergers, les Mages devant Hérode 6.
Le style de ces sculptures indique leur date, vers 1170-1175. Proportions, attitudes, draperies, tout dénote l'observation attentive de la nature : c'est le gothique naissant, avec quelques formules romanes attardées, quelques gaucheries d'artistes encore inexperts. Le linteau inférieur, tout entier sculpté vers 1230, raconte à droite l'histoire de saint Joachim et de sainte Anne, le père et la mère de Marie, à gauche le mariage de la Vierge.
Saint Joachim, coiffé du bonnet pointu des Juifs, et sainte Anne sont plusieurs fois représentés, apportant des présents au grand prêtre sous les arcades du Temple, se rencontrant à la Porte-Dorée, apprenant d'un ange que Dieu exaucera leurs prières et leur donnera un enfant.
À gauche, tout à fait à l'extrémité du linteau, saint Joseph arrive à cheval pour demander au grand prêtre la main de Marie. Il montre sa baguette, hier stérile, aujourd'hui couverte de fleurs. Le grand prêtre alors saisit la main droite de Joseph et celle de Marie pour les unir. Marie si jeune, les cheveux sur le dos, la tête un peu penchée, est charmante. Joachim affectueusement lui tient la main ; et sainte Anne est là aussi, près de son époux.
En comparant ce linteau du XIIIe à celui du XIIe, on mesure d'un coup d'œil les progrès réalisés en ces soixante ans. Le relief en est beaucoup plus vigoureux, et tout y est plus vivant, bien que le sculpteur ait cherché à rappeler l'aspect du premier linteau en imitant les proportions des figures, avec des têtes un peu trop grosses.
Les deux styles se retrouvent dans les voussures où l'on voit les anges, les rois, les prophètes, les vieillards de l'Apocalypse et, au niveau du linteau inférieur, à droite : saint Joachim gardant les moutons et recevant l'annonce de l'ange ; à gauche : les prétendants de Marie évincés, brisant leurs baguettes restées stériles. Le trumeau enfin, bien que moderne, présente un intérêt iconographique, car il a été refait d'après le trumeau ancien dont les morceaux ont pu être rapprochés 7. On y voit l'évêque de Paris, saint Marcel, enfonçant sa crosse dans la gueule d'un monstre qui sort d'un tombeau ouvert. Ainsi se trouvait commémoré le miracle du saint évêque qui délivra la ville d'une effroyable calamité : c'était un animal monstrueux qui sortait de la Seine à la tombée de la nuit, pour aller dévorer, dans le cimetière, les restes d'une vieille femme avare et méchante. Les Parisiens épouvantés supplièrent leur évêque d'intervenir. Alors saint Marcel s'avança au-devant de la bête et lui ordonna de rentrer dans le lit du fleuve ; elle obéit et, depuis lors, jamais ne reparut.
PORTAIL DE LA VIERGE. – À la fin du XIIe siècle, l'usage s'était établi de consacrer un des portails de la façade des cathédrales tout entier à la Vierge. Ce n'était pas pour y représenter les scènes de sa jeunesse ; Annonciation, Visitation, Nativité, Adoration des Mages avaient leur place ailleurs. Ce que l'on voulait mettre sous les yeux des fidèles au portail de Marie, c'étaient les épisodes glorieux contés par les Apocryphes, sa Mort, sa Résurrection et son Couronnement au ciel ; c'était la fin de sa vie terrestre et son apothéose. Ce programme nouveau avait été traité pour la première fois à Senlis, vers 1185 ; puis, d'après les mêmes formules, à Laon, à Mantes et à Chartres. On le reprit vers 1210 à Notre-Dame de Paris, en le modifiant d'une façon géniale.
Au linteau – idée nouvelle – trois rois de Juda évoquent la royale généalogie de Marie, trois prophètes rappellent le caractère divin de sa mission, prévue et annoncée depuis des siècles.
Au-dessus, au lieu des deux scènes de Senlis, un seul tableau évoque à la fois la Mort et la Résurrection : la Mort puisque les apôtres sont présents 8, la Résurrection puisque Jésus est là, rappelant à la vie sa mère qui se redresse doucement dans son linceul soutenu par les anges.
Enfin, au sommet du tympan, Marie est assise à côté de Jésus qui la bénit et lui tend le sceptre ; elle se tourne vers lui en joignant les mains ; un ange descend du ciel et dépose sur son front une couronne de reine. À Senlis, à Laon, à Chartres, Marie était déjà couronnée. À Paris, pour la première fois nous assistons à son couronnement par les anges.
On voit combien le sculpteur parisien a transformé les données premières. Jamais le thème iconographique n'avait eu tant de grandeur ; jamais la composition n'avait été aussi claire et aussi belle. Quelle harmonie dans ces lignes, dans ces attitudes penchées qui suivent doucement les courbes du tympan ! Quelle simplicité, quelle grâce dans les draperies ! Et quelle majesté dans la figure du Christ, quel charme de douceur et de modestie dans celle de la Vierge !
Cette composition grandiose a un cadre digne d'elle, quatre voussures où de jolis anges à mi-corps tenant des encensoirs ou des flambeaux, des rois, des prophètes, toute une cour céleste, assiste au triomphe de Marie.
Dans les ébrasements, il n'y a d'ancien que la petite sculpture ; encore donne-t-elle en bien des endroits l'impression d'avoir été refaite ou regrattée. Mais dans les parties intactes, on découvre des détails charmants où l'imagier a mis infiniment d'esprit et de grâce, et qui révèlent son grand amour de la nature. À l'abri des arcatures profondes qui courent au-dessous des grandes statues, dans les petits tableaux en fin relief qui racontent des scènes de la vie des saints 9, il y a des attitudes de bourreaux prenant leur élan pour lancer une pierre ou pour assener un coup de hache, des poses de victimes agenouillées s'apprêtant à recevoir le coup, qui sont d'une saisissante vérité. La silhouette de Salomé dans la scène de la décollation de saint Jean est d'une grâce exquise. Sur les piédroits, les bas-reliefs représentant les Occupations des mois en regard des signes du Zodiaque 10 ont aussi un très grand charme. Le paysan qui aiguise sa faux, le haut du corps rejeté en arrière, le semeur au pas cadencé, au mouvement si juste, sont des morceaux délicieux de simplicité et de vie.
Et pour accompagner ces petits tableaux champêtres, pour garnir les chapiteaux et les écoinçons, pour encadrer la composition tout entière, le sculpteur a répandu partout les beautés du monde végétal, des tiges souples et grasses, des feuilles vivantes, des fleurs et des fruits que l'on voudrait cueillir... Sur les pilastres qui encadrent le portail, en de petits panneaux superposés, il semble avoir voulu exprimer toute la diversité des espèces : le lierre avec ses baies ; l'armoise, cette modeste plante des terrains incultes dont les feuilles profondément découpées sont si belles ; le chêne avec ses glands et quelques cupules vides ; l'olivier, la vigne, le poirier, l'églantier, avec leurs fleurs ou leurs fruits. Mais quand la flore doit avoir un caractère monumental, dans les chapiteaux ou dans l'archivolte, alors il revient aux formes généralisées, aux dents rondes, aux fruits en grappe sans variété, aux feuilles sans espèce. Il se laisse aller à sa fantaisie en recherchant seulement de belles formes décoratives, comme dans la faune où il montre, par exemple, un buste d'enfant sortant d'un corps de palmipède terminé en rinceau de feuillage.
Enfin, sur les faces latérales du trumeau, douze petits bas-reliefs dont plusieurs ont été fortement retouchés représentent d'un côté les saisons, de l’autre les âges de la vie.
Le Portail de la Vierge et le Portail Sainte-Anne ont des pentures admirables. Ce sont de riches rinceaux extrêmement variés où se jouent parmi les feuillages des oiseaux, des quadrupèdes, de petits animaux chimériques. Une vieille légende disait que le serrurier Biscornette qui les avait exécutés n'aurait jamais pu réaliser de tels chefs-d'œuvre s'il n'avait été aidé du diable. 

Soufflot a détruit les vantaux du portail central qui ont été refaits sous la direction de Viollet-le-Duc.
PORTAIL DU JUGEMENT. – Depuis que l'on sculptait des portails en France, il était traditionnel de figurer au portail central de la façade occidentale la grande scène du Jugement dernier. On le faisait au XIIe en s'inspirant tantôt de l'Apocalypse, tantôt de l'Évangile de saint Matthieu ; et ainsi le Christ apparaissait tantôt entouré des quatre Animaux symboliques et des vingt‑quatre Vieillards, tantôt présidant au Pèsement des âmes et séparant les élus des damnés. Au XIIIe siècle cette seconde disposition fut seule retenue, et l'on ne s'inspira plus de l'Apocalypse que pour quelques détails. Ainsi fut composé, entre 1220 et 1230, le Portail du Jugement dernier à Notre-Dame de Paris.
Ce portail a souffert plus encore que les deux autres.
Non seulement toutes ses grandes statues ont été brisées, mais, nous l'avons vu, pour élargir et exhausser la porte, Soufflot a détruit le trumeau, les piédroits, et a entaillé le linteau d'un arc brisé qui montait jusque sous les pieds du Christ.
La Résurrection des morts, au linteau, a donc été exécutée par les sculpteurs du XIXe siècle 11, ainsi que la partie centrale du second linteau où saint Michel et Satan pèsent les bonnes et les mauvaises actions des âmes dans la balance de Justice. Les damnés, parmi lesquels des rois, des moines, de grandes dames, sont entraînés vers l'enfer par deux démons. Les justes, tous couronnés, sont accueillis au seuil du paradis par un ange charmant (dans la première voussure) qui semble leur souhaiter la bienvenue.
Au sommet du tympan, le Christ apparaît en juge, le regard sévère, montrant aux hommes, comme un muet reproche, les plaies de ses mains et de son côté. Voici d'ailleurs près de lui, tenus par deux anges, les instruments de son martyre : la croix, la lance et les clous. Humblement agenouillés dans les écoinçons, la Vierge et saint Jean tendent vers Jésus leurs mains jointes, intercédant pour les pauvres âmes qui vont comparaître devant la Justice divine. Toujours ils sont présents à ce triomphe du Christ, la Mère et le disciple bien-aimé, comme ils avaient assisté à son supplice, seuls au pied du Calvaire lorsque Jésus rendit l'esprit. Et toujours ils sont représentés dans cette attitude suppliante, parce que les fidèles demeuraient persuadés, malgré toutes les objurgations des prêtres, que leurs prières pourraient encore, en ce jour d'éclatante justice, apaiser le courroux de Dieu.
Toute la hiérarchie céleste assiste, du haut des voussures, à la scène du Jugement. D'abord deux rangées de délicieux angelots qui se penchent pour mieux voir, battent des mains, s'appuient sur le bord de la voussure comme sur la rampe d'un balcon, avec des poses de tête et des expressions charmantes, de petits mouvements d'ailes pleins de vie. Puis de graves personnages barbus, patriarches et prophètes ; puis les visages imberbes des Confesseurs portant un livre et des Martyrs tenant une palme ; enfin les Vierges      gracieuses, aux cheveux dénoués.
L'Enfer et le Paradis sont à la base des voussures. L'Enfer (à droite) est rempli de visions d'horreur.
Ce sont d'effroyables mêlées où s'enchevêtrent d'une manière inextricable les formes humaines, les démons velus, les reptiles et les crapauds ; c'est, au milieu des flammes, la redoutable chaudière où les malheureux sont enfoncés à coups de fourche ; ce sont les terrifiants coursiers de l'Apocalypse, cabrés d'épouvante, dont l'un porte la Mort squelettique, aux yeux bandés, et l'Enfer éventré, perdant ses entrailles.
Le Paradis (à gauche) est moins évocateur. Quelques têtes couronnées, radieuses, ce sont les élus. Trois patriarches assis, tenant des branches de fleurs ; l'un a sur les genoux trois petites figures nues, mains jointes : c'est Abraham recevant les âmes des élus dans son giron. Le paradis n'a jamais été autrement figuré dans nos cathédrales. Dès le XIIe siècle l'image en était fixée. C'était l'illustration littérale du verset de saint Luc, dans la parabole du mauvais riche : « le pauvre fut porté par les anges dans le giron d'Abraham ». Nos imagiers n'ont pas cherché à évoquer un bonheur dont l'homme ne peut se faire aucune idée ici-bas.
Le trumeau tout entier avec son Christ bénissant et les Arts libéraux du socle, les grandes statues des douze apôtres, les Vierges sages et les Vierges folles des piédroits, tout cela a été refait par l'atelier de Viollet-le-Duc d'après d'autres cathédrales. Seuls ont subsisté les petits bas-reliefs disposés sur deux rangs au-dessous des grandes statues ; encore quelques-uns ont-ils été restaurés, et bien mal. L'ensemble est néanmoins fort intéressant, car il présente pour la première fois la série complète des Vertus et des Vices telle qu'elle devait être souvent reproduite au XIIIe siècle, les Vertus symbolisées par des vierges assises tenant un écusson orné de leur attribut, les Vices figurés par de petites scènes évocatrices 11.
Enfin, sur les contreforts encadrant le portail ont été sculptés quatre petits bas-reliefs dont la signification demeure mystérieuse : d'un côté, Job sur son fumier et un homme arrêté auprès d'un torrent ; de l'autre, le sacrifice d'Abraham et Nemrod lançant une flèche au soleil.
Denise Jalabert, in Notre-Dame de Paris


1. Viollet-le-Duc a retrouvé les traces de cette ancienne polychromie : Dictionnaire d'Archit., t. VIII, p. 47.
2. Toutes les colonnettes ont leur chapiteau tourné vers la périphérie de la rose, leur base vers l'œil central. C'était l'inverse dans les roses antérieures. La disposition de Notre-Dame fut adoptée partout à partir de 1225.
3. Viollet-le-Duc a seulement remplacé deux colonnettes qui se délitaient.
4. Colonnettes de la zone interne : 14 cm ; de la zone externe : 18 cm ; arcatures : 23 cm.
5. Deux de ces figures en bas-relief sont conservées au Musée du Louvre : un Agneau divin, et un Christ tenant un glaive sur sa bouche (le glaive de sa parole, d'après l'Apocalypse). D'autre part, Viollet-le-Duc aurait retrouvé, sous le dallage de Notre-Dame, un fragment d'un grand bas-relief représentant un Christ colossal avec les traces des quatre animaux, qui devait être destiné au portail central et qui a malheureusement disparu (Viollet-le-Duc, Dictionnaire d' Architecture, t. III, p. 245 et t. VII, p. 421).
6. Ce linteau, trop étroit, fut agrandi au XIIIe siècle d'un motif à chaque extrémité : à gauche, la Vierge montant les degrés du Temple ; à droite, les chevaux des Mages.
7. Ce trumeau ancien, malheureusement regratté et complété, est dans la salle des Thermes du Musée de Cluny.
8. D'après les Apocryphes, les apôtres assistèrent à la mort de Marie.
9. À gauche : 1° saint Michel terrassant le dragon ; 2° décollation de saint Denis ; 3° lutte des bons anges contre les démons ; 4° (?) — À droite : 1° décollation de saint Jean Baptiste ; 2° lapidation de saint Étienne ; 3° sainte Geneviève secourue par un ange ; 4° (?).
10. Le calendrier commence sous l'arcature, à gauche. On le suit de ce côté en montant, puis de l'autre en descendant. Ainsi le soleil pendant six mois s'élève de plus en plus dans le ciel, et pendant les six autres mois s'abaisse.
Janvier : le Verseau (assis sur la queue d'un énorme poisson, à côté de l'Océan tenant un navire). Un homme à table.
Février : les Poissons. Un homme assis devant une haute flambée enlève sa chaussure et tend son pied vers la flamme ; des saucisses sont suspendues dans la cheminée.
Mars : le Bélier. Le paysan taille sa vigne.
Avril : le Taureau. Un homme au milieu des plantes.
Mai : les Gémeaux. Un jeune homme tient de la main droite une fleur, de l'autre un oiseau.
Juin : le Lion (devrait être de l'autre côté, en juillet, à la place de l'Écrevisse). Le paysan porte sur son épaule une botte de foin.
Juillet : l'Écrevisse. Le paysan aiguise sa faux.
Août : la Vierge (refait). Le moissonneur coupe les épis avec une faucille (brisée).
Septembre : la Balance. Le vendangeur foule le raisin dans la cuve.
Octobre : le Scorpion. Le semeur lance le grain dans les sillons.
Novembre : le Sagittaire. Dans la forêt, le paysan garde ses porcs qui se régalent de glands.
Décembre : le Capricorne (refait). Le porc étant gras à point, le paysan le tue.
11. Le Musée de Cluny possède deux fragments de l'ancien linteau.
12. Au XIIe siècle, les Vertus et les Vices étaient représentés d'après la Psychomachie, vieux poème qui les peignait comme des guerriers se livrant des combats dans l'âme du chrétien. Au XIIIe siècle, la Psychomachie fut abandonnée, et voici comment l'on figura, à Notre-Dame de Paris, les douze Vertus sous de petits arcs trilobés, et les douze Vices au-dessous, dans des médaillons circulaires :
La Foi : une croix sur l'écu ; l'Idolâtrie : un homme agenouillé devant une idole (l'idole a été remplacée au XVIIIe par une tête de femme dans un médaillon).
L'Espérance : sur l'écu, l'étendard de la résurrection ; le Désespoir se transperce de son épée.
La Charité : une brebis ; l'Avarice devait plonger ses mains dans un coffre renfermant ses trésors (comme à Chartres) ; elle a été mal restaurée.
La Chasteté : une salamandre au milieu des flammes ; la Luxure, aujourd'hui défigurée, devait tenir le miroir des courtisanes.
La Prudence : le serpent ; la Folie : un fou courant dans la campagne.
L'Humilité : une colombe ; l'Orgueil : un cavalier précipité à bas de sa monture (épisode de la Psychomachie).
Le Courage : un lion ; la Lâcheté : un homme jette son épée et s'enfuit devant un lièvre.
La Patience : un bœuf ; l'Impatience : un homme frappe un moine.
La Douceur : un agneau ; la Violence : une dame lance un coup de pied à son serviteur.
La Concorde : un rameau d'olivier ; la Discorde : un homme et une femme se battent.
L'Obéissance : le chameau agenouillé ; la Rébellion : un homme menace son évêque.
La Persévérance : une couronne ; l'Inconstance : un moine quitte son couvent.